Les métiers du Numérique

/ juin 15, 2019

[et_pb_section bb_built= »1″ _builder_version= »3.15″ background_color= »#1e1d1c » inner_width= »auto » inner_max_width= »1080px »][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_post_title _builder_version= »3.15″ date_format= »j M Y » categories= »off » comments= »off » featured_image= »off » title_text_color= »#ffffff » text_orientation= »center » /][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row][et_pb_column type= »2_5″][et_pb_image _builder_version= »3.24.1″ src= »http://inspiractif.fr/wp-content/uploads/2019/04/images-3.jpg » align= »right » animation_style= »fade » align_last_edited= »on|desktop » align_tablet= »center » box_shadow_horizontal_tablet= »0px » box_shadow_vertical_tablet= »0px » box_shadow_blur_tablet= »40px » box_shadow_spread_tablet= »0px » z_index_tablet= »500″ /][/et_pb_column][et_pb_column type= »3_5″][et_pb_text _builder_version= »3.24.1″ text_text_color= »#ffffff » text_text_shadow_horizontal_length= »text_text_shadow_style,%91object Object%93″ text_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » text_text_shadow_vertical_length= »text_text_shadow_style,%91object Object%93″ text_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » text_text_shadow_blur_strength= »text_text_shadow_style,%91object Object%93″ text_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » link_text_shadow_horizontal_length= »link_text_shadow_style,%91object Object%93″ link_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » link_text_shadow_vertical_length= »link_text_shadow_style,%91object Object%93″ link_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » link_text_shadow_blur_strength= »link_text_shadow_style,%91object Object%93″ link_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » ul_text_shadow_horizontal_length= »ul_text_shadow_style,%91object Object%93″ ul_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » ul_text_shadow_vertical_length= »ul_text_shadow_style,%91object Object%93″ ul_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » ul_text_shadow_blur_strength= »ul_text_shadow_style,%91object Object%93″ ul_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » ol_text_shadow_horizontal_length= »ol_text_shadow_style,%91object Object%93″ ol_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » ol_text_shadow_vertical_length= »ol_text_shadow_style,%91object Object%93″ ol_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » ol_text_shadow_blur_strength= »ol_text_shadow_style,%91object Object%93″ ol_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » quote_text_shadow_horizontal_length= »quote_text_shadow_style,%91object Object%93″ quote_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » quote_text_shadow_vertical_length= »quote_text_shadow_style,%91object Object%93″ quote_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » quote_text_shadow_blur_strength= »quote_text_shadow_style,%91object Object%93″ quote_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » header_text_shadow_horizontal_length= »header_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » header_text_shadow_vertical_length= »header_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » header_text_shadow_blur_strength= »header_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » header_2_text_shadow_horizontal_length= »header_2_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_2_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » header_2_text_shadow_vertical_length= »header_2_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_2_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » header_2_text_shadow_blur_strength= »header_2_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_2_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » header_3_text_shadow_horizontal_length= »header_3_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_3_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » header_3_text_shadow_vertical_length= »header_3_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_3_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » header_3_text_shadow_blur_strength= »header_3_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_3_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » header_4_text_shadow_horizontal_length= »header_4_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_4_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » header_4_text_shadow_vertical_length= »header_4_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_4_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » header_4_text_shadow_blur_strength= »header_4_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_4_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » header_5_text_shadow_horizontal_length= »header_5_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_5_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » header_5_text_shadow_vertical_length= »header_5_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_5_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » header_5_text_shadow_blur_strength= »header_5_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_5_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » header_6_text_shadow_horizontal_length= »header_6_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_6_text_shadow_horizontal_length_tablet= »0px » header_6_text_shadow_vertical_length= »header_6_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_6_text_shadow_vertical_length_tablet= »0px » header_6_text_shadow_blur_strength= »header_6_text_shadow_style,%91object Object%93″ header_6_text_shadow_blur_strength_tablet= »1px » box_shadow_horizontal_tablet= »0px » box_shadow_vertical_tablet= »0px » box_shadow_blur_tablet= »40px » box_shadow_spread_tablet= »0px » z_index_tablet= »500″]

Les métiers du web ressemblent à une nébuleuse complexe pour ceux qui commencent à s’y intéresser. Contrairement à d’autres fonctions professionnelles plus installées, les fiches de poste diffèrent d’une entreprise à une autre et les responsabilités évoluent très rapidement. Pour vous aider à vous y retrouver, nous avons dressé un panorama des métiers emblématiques du numérique. Ce tableau est loin d’être exhaustif, l’objectif est surtout de vous aider à comprendre les liens qui unissent ces différents métiers dans l’entreprise. Pour le réaliser, nous avons rencontré des directeurs de centres IFOCOP, qui proposent plusieurs formations aux métiers du digital.

Chef de projet digital : un métier transverse pour optimiser l’impact des spécialistes

Quand les entreprises ont commencé à s’intéresser au numérique, un seul métier permettait de “tout faire” : le webmaster. Depuis, chacune des missions du webmaster se sont transformées en métiers à part entière. Le chef de projet digital est un peu le descendant du webmaster : il intervient pour que tous les spécialistes travaillent de concert. Son quotidien est difficile à définir, car il dépend beaucoup de la structure qui l’emploie.

Le chef de projet digital met en place des stratégies, organise, planifie, réalise des actions et analyse les résultats. Plus son équipe s’étoffe, plus il délègue les tâches de réalisation aux professionnels qui l’entourent. Plus son entreprise est staffée, plus il peut faire appel aux experts pour optimiser sa stratégie et les actions qui en découlent.

On retrouve des chefs de projet digital très transverses et d’autres plus focalisés sur un domaine : chef de projet marketing, chef de projet communication, chef de projet e-commerce… Dans tous les cas, il rencontre régulièrement les cadres dirigeants de l’entreprise, ou les clients de l’agence, pour comprendre leurs problématiques et y répondre grâce aux différents leviers qu’offre le web aujourd’hui. Le chef de projet digital est en mesure d’écouter l’ensemble des parties prenantes, faire confiance aux différents experts et prendre des décisions permettant d’atteindre les objectifs fixés.

Content manager : un équilibriste aux compétences multiples

Parmi les spécialistes sur lequel peut s’appuyer un chef de projet digital, on retrouve le content manager (aussi appelé rédacteur web). Il fait appel à de très nombreuses compétences au quotidien, pour répondre à des problématiques qui s’opposent parfois. Tout d’abord, il doit maîtriser parfaitement les règles d’orthographe, de grammaire et de syntaxe de la langue française : cela parait évident, mais cette faculté n’est pas si répandue. Il maîtrise même plusieurs langues si l’entreprise communique à l’international.

Ensuite, il doit s’imprégner de l’identité de l’entreprise pour concevoir des contenus cohérents avec l’image de marque qu’elle souhaite entretenir. Pour toucher les cibles visées par sa société, il travaille à la compréhension de leurs besoins et définit les contenus susceptibles de les intéresser. Pour qu’ils soient visibles, le content manager met un point d’honneur à optimiser l’acquisition, en prenant en compte les spécificités des différents leviers (moteurs de recherche, réseaux sociaux…). Il pense également à la conversion pour que les contenus conçus aient une valeur ajoutée pour l’entreprise. Il échange régulièrement avec les responsables (SEO, Social Media, commerce, développement…) pour que ses actions soient efficaces, ainsi qu’avec les experts métier des différents sujets traités.

Community manager : un spécialiste essentiel depuis l’avènement des réseaux sociaux

Le CM fait partie des métiers qui ont le plus évolué ces dernières années. Ce n’est pas une profession si récente : on peut estimer qu’elle est née au beau milieu des forums, à l’aube du web conversationnel, dans les années 90-2000. Mais le community management n’est devenu un métier à part entière que lorsque les entreprises ont commencé à s’intéresser aux réseaux sociaux, à la fin des années 2000. Ses compétences sont de plus en plus étendues.

Le CM d’aujourd’hui n’est plus ce “jeune stagiaire employé pour poster sur Facebook”. Son rôle est beaucoup plus complexe et stratégique. Il est en mesure d’évaluer à quel point tel ou tel canal est pertinent pour atteindre les objectifs de l’entreprise. Sa connaissance des plateformes lui permet d’optimiser les contenus et les messages diffusés sur ces espaces. Les posts organiques (publiés gratuitement) ne produisent plus le même effet qu’à une époque : le community manager s’est adapté et sait aujourd’hui actionner d’autres leviers comme la diffusion de publicités sur les réseaux sociaux, l’UGC ou la relation avec les influenceurs.

Selon Franck Bouche, directeur du centre IFOCOP de Toulouse, “le community manager exerce un métier incontournable. Il offre de belles perspectives d’avenir, avec la possibilité de devenir salarié ou CM indépendant, avec une montée rapide du volume de travail après la formation”.

UX webdesigner : indispensable pour concevoir les expériences numériques

Auparavant, le travail des concepteurs d’expériences numériques était bridé par les contraintes techniques du web. L’évolution des technologies permet de se libérer de ces carcans, pour imaginer plus librement les interfaces de demain. Si le rôle de l’UX designer ou webdesigner n’a que peu évolué – il conçoit toujours des expériences qui répondent aux besoins des utilisateurs, ses outils et ses supports de travail changent en permanence. Il échange le plus régulièrement possible avec les différents métiers de l’entreprise (notamment le chef de projet, les intégrateurs et les développeurs). Le designer est aussi et surtout la voix de l’utilisateur : il n’hésite pas à rappeler aux autres spécialistes les problématiques exprimées (par des tests utilisateurs par exemple) et place toujours les usagers au centre des débats. “Si les développeurs peuvent développer des produits en autonomie, les designers sont essentiels pour que ces produits répondent réellement aux besoins des utilisateurs.”

Webdesigner, un métier essentiel pour la réussite des projets web.

Développeur : le profil le plus prisé des recruteurs

Nous pourrions évidemment inverser les éléments de cette phrase : “si les designers peuvent concevoir des produits, les développeurs sont essentiels pour que ces produits soient effectivement réalisés”. Et c’est d’ailleurs tout l’intérêt des métiers du numérique : isolées, les professions n’ont qu’un impact limité. C’est le brassage des compétences qui permet la mise en œuvre de projets cohérents et efficaces. L’esprit d’équipe et la compréhension globale des expertises de chacun sont des compétences qui unissent l’ensemble des professionnels du web.

Les développeurs font partie des profils les plus pénuriques du numérique : les entreprises ont besoin des développeurs pour mener à bien leurs projets, et le nombre de développeurs est limité. Les possibilités offertes par les technologies et les langages informatiques sont de plus en plus grandes. De ce fait, certains développeurs se spécialisent, d’autres sont en mesure de comprendre et d’appréhender l’architecture technique des entreprises et des produits proposés. On demande de moins en moins aux développeurs de “cracher du code” : ils sont responsabilisés sur les décisions techniques et fonctionnelles. Les méthodes de développement les plus en vogue permettent de libérer les développeurs des différents freins qu’ils pouvaient rencontrer dans les entreprises dites traditionnelles et se concentrer sur leur cœur de métier.

Responsable e-commerce : pour rentabiliser les applications mobiles et web

Avec des développeurs, des UX designers, un chef de projet, des spécialistes du contenu et des réseaux sociaux, vous devriez réussir à créer des applications mobiles et des sites web. Pour monétiser ces projets numériques, vous avez le choix entre différents modèles. Et dans certains cas, la rentabilité est cœur des produits : c’est le cas des sites et des applications e-commerce.

Le responsable e-commerce est un chef de projet digital spécialisé. Ses compétences sont similaires mais approfondies sur tous les aspects liés à la vente, à la définition des prix, à la gestion des stocks et au paiement en ligne. Il s’appuie d’autant plus sur les spécialistes de l’acquisition et de la conversion que certaines optimisations peuvent fortement influencer son chiffre d’affaires. Il est également attentif à tous les aspects liés à l’exploitation et la sécurisation des mises en production, pour lutter contre l’indisponibilité des plateformes, sources de pertes de revenus.

Data analyst : les données sont devenues un levier majeur pour les entreprises

Les chefs de projet digital prennent de nombreuses décisions au quotidien. Pour faire des choix, ils s’appuient sur les avis d’experts mais aussi sur des données. Pour les collecter, les stocker, les traiter et les interpréter, les data analysts, data scientists et autres développeurs big data sont essentiels. Ce sont des professions qui font appel à des compétences techniques pour répondre à des problématiques concrètes. Si ces métiers vous attirent, nous vous conseillons cette interview de Marc Badinier, diplômé IFOCOP : Focus sur les métiers de la data science, de la collecte à l’interprétation des données.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*